mardi, août 05, 2008

Au revoir, Thierry

Je suis bien triste depuis que les proches de Thierry m'ont appris son terrible accident. Un simple faux pas a quelques mètres du refuge de la Pilate, sur le sentier... une mauvaise chute... la vie ne tiens pas a grand chose...
Thierry était l'homme fort a la section montagne HP dans les années 90 - un vrai "père" pour cette section. C'est par ce club, et souvent avec lui que j'ai forge mes premières armes d'alpiniste. Thierry était un pur passionné, comme souvent le sont les alpinistes. Il aimait "prendre son temps" en montagne, profiter de l'instant... et surtout en profiter avec des amis. Thierry aimait sa famille, ses enfants par dessus tout. Depuis quelques années il allait en montagne avec eux... des courses faciles.. juste le plaisir, pur, de partager son milieu avec ses êtres les plus chers.




Voici celle que tu chérissais qui a décidée de te garder.
Je garde dans ma tète plein de bon souvenirs au bout d'une corde ou au club montagne.
Tu vas nous manquer! Tu es parti trop vite!
Je suis bien triste....

2 commentaires:

carrep a dit…

Super hommage, je partage l'émotion de tous les "anciens" du club; Thierry était un leader, un pilier un véritable passionné . Il a su nous transmettre à tous une partie de cette passion, il va être difficile pour moi de retourner en montagne sans penser à lui.

Salut Monsieur Thierry.

Anonyme a dit…

Salut,
Je me suis pris la nouvelle dans la gueule au milieu du Kirghizstan, justement au retour d'un trek en montagne. J'avais fait ma premiere rando avec Thierry a Cotebelle avec le club, avec Yves Bonfort aussi. Bonne neige, soleil, groupe sympa, c'est devenu une passion. Une peu de grimpe aussi dans les aiguilles rouges. Donc derriere ce que je vis avec vous en montagne (pour Cartman, c'est peut-etre aussi un peu vrai mais je ne parlerai pas a ta place), il y a un peu de Thierry.
Et pour ce qui est de l'esprit de la section, on adherait d'autant plus a sa simple idee de rendre la montagne accessible et d'amener les gens a l'autonomie (idee amenee conjointement par Paulo), qu'on a continue a creuser le sillon pendant 3 ans.
Je pense aujourd'hui surtout a son fils, qui a vu partir son pere sous ses yeux. Que ca doit etre dur!
Comme dit Cartman, pas un jour sans penser a Thierry pendant le trek, la-haut, au milieu des glaciers.
Xav